LES JEUNES POUSSES D’AUJOURD’HUI, NOS SPORTIFS DE DEMAIN

Publié par Administrateur

La tâche fut parfois ardue, mais passionnante : « c’est la relève de demain, il faut tout faire pour donner l’envie aux plus jeunes de revenir demain ».

Ils sont jeunes, ils se bousculent, ils ont l’impatience de leur jeunesse. Les plus jeunes ont à peine huit ans, les plus âgés, quatorze ans. Ensemble, ils viennent grossir les rangs des sportifs de la Rencontre Nationale Sportive. C’est peut-être, nous dirions même sans doute, les jeunes talents d’aujourd’hui pour former les équipes de demain.

On s’échauffe vite, les grands viennent de terminer leurs matches que déjà les petits ont enfilé depuis longtemps leurs crampons, aidés de leurs parents aussi fébriles que leurs chérubins ! Il faut contenir tout ce monde ! Aubin, responsable de ces jeunes pousses, va voir les uns, puis les autres, un mot gentil par-ci, un mot rassurant par-là pour des participants qui viennent pour la première fois. Le temps presse, l’effervescence est à son comble, les questions fusent : « c’est bien ici alors qu’ont lieu les matches des petits ? ». Nous sommes au stade Robert Garnier.

À une maman, gagnée par l’impatience à peine contenue : «le plus important, c’est de participer ! C’est la convivialité, non de gagner ! », Aubin reconnaît que la tâche fut parfois ardue, mais passionnante : « c’est la relève de demain, il faut tout faire pour donner l’envie aux plus jeunes de revenir demain ». D’ailleurs, l’envie est prégnante par le choix même des noms ! Nos jeunes footeux ont choisi les noms de leurs équipes favorites : Real Madrid, Manchester. Seule l’équipe venue de Suisse est déjà constituée avant son départ pour Montpellier, les deux autres seront constituées, une fois au stade. Entre jovialité et impatience, l’ambiance sent la fébrilité qui sied si bien aux derniers instants précédant un match.

Le football attire sans conteste nos jeunes de huit-quatorze ans mais l’engouement est aussi ailleurs. Une participation des parents, le joker d’Aubin, va permettre de constituer au Palais des Sports Pierre de Coubertin des équipes pour le basketball : trois composées de nos tout-petits, âgés de 8-11 ans, une équipe de Toulouse, l’une, Faramiray, enfin la troisième réunissant les autres régions de France et d’Europe ; puis, deux équipes de 12-13 ans, voire de 15 ans.

La natation n’est pas en reste avec un taux de participation qui augmente de 25 % ! Ils avaient entre 8-12 ans. Au point que Dimby, chef de projet de la discipline décide de créer une nouvelle catégorie pour les tout-jeunes : une nouvelle génération pour la RNS avec les poussins ! Grand favori aussi cette année : le niveau de compétition sensiblement meilleur ! Les talents sont prometteurs, la relève assurée… Cette année, la RNS compte ainsi une quarantaine de participants. Dimby s’en félicite : « je pense que nous pourrons même créer une catégorie inférieure, des enfants plus jeunes encore auraient aimé participer ! »

N’oublions pas les « entre-deux », au foot notamment, mais la question mérite d’être posée : que faire des 13-14 ans, voire 17 ans ? « Il ne fallait pas les laisser de côté, je les ai intégrés dans les équipes des jeunes, c’est ça, la RNS, c’est la convivialité qui prime, pas la compétition » répond Aubin à des parents perplexes. Aubin a d’autres idées dans sa poche et les suggère aux parents présents : la création de plusieurs pôles avec par exemple le pôle est qui réunirait les jeunes membres de Grenoble, Lyon, la Suisse, un pôle au nord avec l’Île-de-France et Lille, un pôle sud avec Montpellier, Bordeaux, Toulouse, Marseille, etc.

Nous saluons au passage les parents qui ont toujours été présents aux côtés de leurs enfants pour les encourager et leur générosité car en donnant de leur temps pour eux, ils assurent la relève de demain qui va pérenniser l’événement. Comme le dit si bien, Olivier, alors que la manifestation prend fin, ce lundi 5 avril, quand le soleil darde enfin ses rayons : « resaka fianankaviana itý ». *
*C’est une histoire de famille.

L’équipe du CNO 2010

Mots clés

Commentaires