Médecins à la RNS

Publié par Nathalie

Médecins à la RNS

Zoom sur une mission souvent méconnue mais ô combien importante pour le bon déroulement de la RNS : celle du du médecin.

Nous remercions le Dr Thierry Nirina Nicolas, médecin bénévole à la RNS Montpellier, en cours de spécialisation ici en France, qui a bien voulu répondre à nos questions.

Comment en êtes-vous à être médecin bénévole à la RNS ?

Cela fait quelque temps que je m’intéresse à la RNS pour diverses raisons : c’est une occasion de rencontrer les membres de ma famille, d’autres compatriotes, d’anciens amis, et surtout de m’enrichir des diverses rencontres culturelles tout en suivant les compétitions sportives. J’avoue que l’idée d’intégrer l’organisation de la RNS ne m’est pas venue tout de suite. C’est en discutant avec un des membres de l’organisation que j’ai su qu’il y avait besoin de médecin bénévole et qu’il était possible de participer à cette organisation. De plus, j’étais curieux de voir comment de l’intérieur cela se passait car étant « simple » RNS-iste auparavant, j’étais déjà curieux de voir comment les organisateurs travaillaient pour assurer le bon déroulement de cet événement que je trouve grandiose par ailleurs.

Vous êtes l’un des rares médecins participant à la RNS, quel rôle avez-vous tenu lors de l’édition de Montpellier ?

Comme vous le savez peut-être, les Arts martiaux ont impérativement besoin d’un médecin présent sur place. Sans médecin, aucune activité, aucune compétition ne peut démarrer dans cette discipline. C’est la raison pour laquelle j’ai été affecté en priorité aux Arts martiaux.

Lors des compétitions, il peut y avoir des accidents, des traumatismes minimes, moyens ou graves. Je fais le constat et en fonction des cas, je porte les premiers soins, ou j’appelle les pompiers. Cela va de la plus petite plaie à des cas beaucoup plus graves.  Je suis là en priorité pour les participants aux Arts martiaux, mais bien évidemment si quelqu’un du public a un malaise ou se blesse, je suis aussi tenu d’intervenir.

Qu’est-ce que vous retenez de cette participation à la RNS en tant que médecin bénévole ?

Bien évidemment, d’un point de vue purement professionnel j’y trouve un enrichissement de ma pratique. C’est également une bonne expérience. Mais au-delà du médecin, il y a aussi le malgache en moi qui est non seulement heureux de rendre service à cette communauté mais aussi heureux de m’ouvrir à plein d’autres gens, de (re)découvrir notre culture à travers les diverses activités culturelles offertes pendant la RNS. Je ne me limite pas seulement au domaine médical. J’aime ces rencontres et ce « dynamisme tranquille » qu’on ressent pendant les trois jours.

Pourquoi à votre avis manque-t-on de médecins bénévoles à la RNS ?

Je n’ai pas vraiment de réponse précise à vous donner. Peut-être les médecins ne savent-ils pas qu’ils peuvent participer à l’organisation ? Peut-être faudrait-il communiquer un peu plus pour faire connaître les besoins de la RNS sur ce plan. Je pense quand même qu’il y a des médecins (du sport en priorité, mais les autres aussi) qui pourraient être intéressés pour  contribuer à la RNS

Le mot de la fin pour votre première participation à la RNS en tant que médecin ?

Nous avons une occasion de nous rencontrer en grand nombre une fois par an ici en France. C’est une chance qu’on ne mesure pas toujours. Quoi de plus sympa que de soutenir cet événement annuel qui rassemble les malgaches et qui nous permet de nous rencontrer en offrant chacun nos compétences ? Chacun peut apporter son aide, de surcroit s’il est malgache : « Afaka manampy sy manasoa nympandray anjara ny tsirairay,  indrindra moa ianao fa malagasy !  »

Propos recueillis par Antso

Mots clés

Commentaires