Edito

Publié par Cynthia Razafimbelo

LYON 2018 : le dribble gagnant de la RNS

Coup-du-chapeau ! Le challenge semblait tenir tête aux volontés les plus farouches, les habits de la manifestation semblaient trop grands pour les organisateurs ? Que nenni ! La 43e édition fut une réussite, primo, la compétition sportive est arrivée à son terme, secondo, les soirées ont battu la mesure, tertio, le village de Madagascar a enregistré des records d’affluence y compris le lundi, battant à plates coutures les statistiques des années passées.

Le village, nouvelle version

Trois buts en un seul match ! Sa bonne fortune lui a permis d’esquiver les coups les plus durs, ceux de l’adversaire le plus redouté : une météo capricieuse qui nous aurait malmenés, emportant sur son passage, des toiles ignifugées, repoussant les limites d’un village avant de les anéantir dans un dernier tourbillon. Il n’en fut rien. Le souvenir de Lyon 2016 fut balayé par des allées et venues telles des farandoles sous un ciel clément, un soleil parfois radieux au sein du Village animé sous les couleurs de Toamasina, la cité portuaire, lourdement affectée, mais toujours debout. C’est en effet la ville mise à l’honneur pour 2018.

 

Le soleil a osé darder des rayons translucides sur le Village cintré sur les côtés par deux rangées imposantes de barnums et de tentes et ouvert sur l’accueil surplombé par une figure conique pour rappeler sa fonction. Au fond, l’imposante scène musicale, barrant la largeur du Village, était desservie par l’allée centrale bordée tout le long par des arbres mouchetés aux allures effilées.

 

Le sport, une valeur sûre

Le public était au rendez-vous dans les gymnases, tantôt discret, tantôt applaudissant à tout rompre, couvrant les équipes et leur jeu de vivats ou huées, le tout dans une ambiance sportive et joyeuse. Le volley, le basket, l’e-sport, le futsal, le football, la natation, la pétanque, toutes les disciplines n’ont pas désempli, familles, supporteurs, public ont répondu présents, heureux. L’édition sportive a réservé de beaux moments, la natation a doublé ses effectifs, une belle surprise pour Dimby Ramerison, les arts martiaux ont encouragé les nouveaux et fait honneur aux yusei gachi ayant fait le déplacement malgré la concurrence des championnats nationaux le même week-end. Les finales rencontrèrent le même succès sous les applaudissements d’un public tour à tour attentif, passionné et conquis par la technicité des joueurs et le jeu esthétique et professionnel des pom pom girls férues de danse classique et de danse contemporaine dans la vraie vie. La pétanque, fidèle à sa réputation, a réuni les inconditionnels du jeu de boules. Enfin, nous le savons tous, le sport est une denrée précieuse à la RNS. C’est pourquoi nous regrettons vivement les comportements qui portent atteinte à l’intégrité physique des arbitres et sportifs, le Comité d’Ethique étudie actuellement des sanctions envers des membres d’une équipe bien identifiée.

 

La fête, toujours !

Aux soirées clubbing, de l’allégresse à l’abandon, les corps chaloupés ont envahi la piste, survoltés, délirants, battant des pas dansés tandis qu’aux abords extérieurs, la rue du Bourbonnais jetait son flot continu de jeunes, sportifs ou spectateurs, supporteurs ou amis, bien décidés à ne point quitter les lieux avant les dernières heures de la nuit. Belle réussite et longue nuit ! À Gerland, Lôla a fait le plein, à quelques encâblures, le cabaret fut the place to be pour apprécier les influences mêlées de la variété, du jazz, des standards des années quatre-vingt. Chapeau bas à Omega Rabeson et Akama qui ont su faire vibrer, danser des convives heureux d’être de la fête.

 

Des partenaires, anciens et nouveaux

Des partenaires fidèles au rendez-vous ont renouvelé leur soutien ou leur participation pour être au plus près d’un public toujours croissant en 2018, rejoints par les nouveaux, qui n’ont pas boudé leur plaisir, songeant déjà aux lendemains : sponsors, restaurateurs, exposants, artistes, intervenants culturels, tous ont participé à une édition qui restera dans les annales : par son envergure, son succès, ses innovations et son ancrage certain dans une culture dans tous ses états, aux expressions promises à attirer en nombre croissant les jeunes d’aujourd’hui,  les générations de demain.

 

Remerciements

Nos remerciements vont enfin à tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce grand rendez-vous annuel qu’est la RNS, tout d’abord à nos partenaires qui nous ont fait confiance, à la Ville de Lyon, au Grand Lyon, leurs services qui n’ont pas ménagé leurs efforts ni lésiné sur les moyens administratifs, matériels et humains pour faire de l’édition 2018 une belle réussite, aux sponsors, bienfaiteurs, anciens et nouveaux, aux restaurateurs, aux exposants, les premiers ayant été à l’écoute des besoins du public et des bénévoles, les seconds ayant varié les plaisirs des gourmets inconditionnels de la cuisine malgache et de l’artisanat aux mille ajours et textures. Enfin, le C.E.N. adresse ses remerciements aux Lyonnais venus à la découverte de l’île tout en réservant un accueil chaleureux au public venu en nombre sur un territoire solidaire dédié à l’intelligence et à la créativité, ouvert aux cultures du monde.

 

Solidarité

Que les bénévoles et associations membres soient remerciés, les premiers de cordée d’un travail effectué toute l’année, allant au charbon, fidèles et loyaux, dont la solidarité et l’expertise ont permis de réaliser une édition d’envergure, soutenus par les sportifs, acteurs essentiels de la RNS, et tous ceux qui ont concouru à la réalisation de 2018.

 

Olivier Ramanana-Rahary

Mots clés

Commentaires